English

Photo Album

Rei est né

C'est toujours la même chose direz-vous...... Un enfant ou un autre......

Mais quand c'est votre premier petit-enfant, ce n'est plus aussi simple que cela. Devenir Grand Père est un événement passablement dramatique!

Un exemple de la problématique peut être définit ainsi:

Cela fait maintenant plus d'une semaine que Rei est né et je n'ai pas encore conçu de page spéciale sur mon site à ce sujet. Je ne sais pas vraiment comment aborder le sujet. Dois-je vous parler en long et en large de la naissance et des premiers sourires de ce nouveau né (pure répétition par rapport aux milliards d'enfants qui naissent chaque année)! Ou dois-je vous raconter mes impressions personnelles de nouveau Grand Père?????

Règlons la question ainsi: voici, quelques faits intéressants qui ont une couleur plus "asiatique". Pour ce qui est de photographies, je les ai placées sur une autre page afin de faciliter la lecture de ce texte (ou de l'éviter et de passer à des choses plus dynamiques).

LA PLACE D'UN ENFANT DANS LA FAMILLE JAPONAISE

Je l'ai dit avant et le répète encore. Le Japon est un pays très moderne mais qui possède encore une foule de traditions fortement ancrées, spécialement dans les milieux ruraux. Et nous vivons en pleine campagne Japonaise.

Tout en écrivant ce texte je regarde la maison voisine (un bon 5 ou 6 mètres de l'autre côté de la petite rue). Y vivent 3 générations de la famille Imori sous un même toit. Ce n'est pas une exception ici. Il en va de même pour plus de 80% des résidences de mon petit village.

Il y a quelques mois j'ai eu l'occasion de visiter une dame chez elle. La maison est vieille mais le fait le plus important est que sur le même terrain, appartenant à la même famille c'est la 40e maison construite (ce chiffre peut varier un peu....). Cela veut dire que cette famille, si l'on calcule qu'une maison peut durer entre 40 et 60 ans, est installée là depuis un sapré bout de temps... Pensons simplement qu'une maison ou encore le terrain sur lequel est construite une maison, est le sanctuaire de la famille. Le lieu sacré où les enfants sont élevés et que les gens y meurent, y sont vénérés. La famille est la valeur de base.

Une famille doit donc "durer", "persister", "continuer" se "reproduire"...... Pour cela il faut des enfants! Mais encore plus important il faut au moins un "mâle" afin de poursuivre la lignée sanguine de la famille.

Le fils ainé

Il doit se marier, avoir des enfants et au moins un fils. Mes voisins immédiats? Les Imori, 3 enfants: une fille puis une fille puis un garçon. Les Yoshimura: Une fille puis un garçon. Une autre famille de Yoshimura (pas parents...) Une fille, puis une deuxième, puis une troisième et finalement un garçon, ouf la famille se termine ainsi!

La venue d'un fils est encore l'événement le plus important de la famille Japonaise. Elle apporte souvent la fin de la "production"..... C'est l'assurance d'un avenir mais surtout de la survie de la ligne familliale.

Dans chaque maison (pas ici, je suis un païen...) il y a un Autel sur lequel y est posé les dernières photos des ancètres, quelques cierges et de la nourriture que l'on change tous les jours. On s'y présente à chaque jour et on y "prie" en joignant les mains pour quelques secondes. C'est le respect aux ancètres ou membres de la famille décédés. Cette vénération doit se poursuivre durant les 50 années suivant les décès. Pour y arriver et assurer la paix de l'âme de ceux qui nous ont permis de vivre aujourd'hui il faut des enfants et ce dans la même maison!!!

LE CHOIX D'UN NOM

Chez moi, au Québec le choix d'un nom est difficile. Il existe des "listes" de noms courants ou plus ou moins populaires et des "listes" de noms spéciaux, provenant de vieux documents tel la Bible ou venant d'autres cultures ou langues. A bien y penser, le choix est souvent un casse tête!

Ici les gens vont choisir un nom un peu comme on le fait ailleurs. Mais un peu seulement. Les parents s'efforcent de trouver un nom ayant une signification particulière. On pourra ainsi dire que notre nom veut dire telle ou telle chose. A titre d'exemple bien des dames ont le phonème "mi" dans leur nom (Megumi, Mayumi, Satomi....). Ce "mi" pris comme tel provient d'un kanji (caractère d'écriture chinoise) qui veut dire beau, jolie.

L'idée est donc de construire un nom pour son enfant et je dis bien construire..... On fouille dans les dictionnaires et les vieilles règles d'écriture et on prépare un nom juste pour son enfant. Il y a donc au Japon une infinité de prénoms. Tous ne se donnent pas la même peine et bien des parents "pigent" dans cette multitude de nom et voilà c'est fini.

D'autres fois certains parents, surtout dans le cas de filles choisissent un nom pour sa consonnance seulement. Ils l'écrivent alors avec un des alphabètes phonétiques: pour Misaki, qui travaille avec moi, c'est un peu le cas. Son nom s'écrit en "hiragana" sans caractères chinois parceque ses parents espéraient avoir un garçon et avaient rêvés du nom de Misaki pour lui avec les Kanjis appropriés. Ils n'étaients pas prêts pour un nom de fille!!!! Le nom a donc été gardé mais sans le sens planifié.

Une prononciation n'est donc pas nécessairement reliée à un nom masculin ou féminin bien que la majorité des cas cela l'est. A titre d'exemple le nom Yuki peut être pour une fille ou un garçon. Pour mieux le comprendre il faut lire le Kanji avec lequel le nom est écrit.

Mais ce n'est pas aussi simple que cela (certains vont dire que c'est déjà trop compliqué....)! La plupart des Kanji utilisés dans la vie de tous les jours possèdent plus d'une prononciation. Un même kanji possède habituellement plus de deux (2) prononciations. Le kanji signifiant le mot "montagne" est un des plus simples, il peut se prononcer "yama" ou "san".

Prenons maintenant le son "ka" tel qu'on peut le trouver dans le nom Katsue ou encore dans une multitude de mots. Je viens de vérifier ce son "ka" et nous pouvons choisir 57 différents kanji (le dictionnaire de mon ordinateur ne donne que les kanji modernes).

Dans le contexte de noms, la mode, pas seulement actuelle, est de choisir des kanji moins usuels en fouillant dans les dictionnaires et les traditions. Il est donc très fréquents, pour les japonais, de ne pas pouvoir lire les noms de certaines personnes (c'est la même histoire pour le nom de lieux). La raison est que les kanjis choisis pour les noms de certaines personnes sont soit inconnus pour la très grande majorité des gens, soit que leur prononciation est différente des prononciations courantes (celles retrouvées dans les dictionnaires de tous les jours). Il est donc courant, dans les textes officiels, de voir le nom de personnes en kanji sous-titrés de caractères phonétiques.

Est-ce assez compliqué à votre goût!!!

Katsue et Martin avaient un problème de plus sur les bras dans le choix d'un nom pour leur enfant! Il leur fallait trouver un nom qui se prononcerait tout aussi facilement en Japonais qu'en Anglais ou qu'en Français.

Et leur choix?

C'est Rei

(en Français on doit prononcer ce nom en deux syllables distincte "Ré" "i").

Le sens de ce simple mais joli nom? Il vient d'un kanji servant à décrire une des parties supérieures d'une haute montagne. Ce n'est pas le sommet ni une crète. Il n'y pas de traduction litéralle au nom Rei. Et même en Japonais, le kanji Rei, peut se lire "Ryo" inclus dans d'autre rares mots. En regardant dans un dictionnaire nous ne pouvons donc pas trouver le kanji spécifique au son "rei" ! ! !

Martin, en lisant le texte ci-haut, m'a demandé d'ajouter un petit élément: il semble qu'il a eu certaines "crises de nerf" lorsqu'ils trouvaient un nom à consonnance plaisante dans les trois langues, ayant un beau sens et un Kanji adéquat. La numérologie liée au compte des traits des kanjis du nom de famille (Ito) et celui de l'enfant à naître rejetait le choix. Dans le choix de Rei le nombre de traits des Kanjis est considéré comme excellent.

LA VIE DE TOUS LES JOURS

Comment un enfant s'intègre-t-il dans la vie familliale de tous les jours au Japon, en 1999? Au point de départ je rappelle que les familles vivent généralement à plusieurs générations sous le même toit. Les maisons, en milieu rural sont suffisamment grande pour permettre cette situation. Si la maison n'est pas suffisament grande l'on construit un petit annexe pour les grands parents avec chambre à coucher et petit vivoir.

Ce n'est donc pas l'espace qui manque. Ce n'est pas aussi la disponibilité des gens pour aider. La grand mère est toujours à la maison, souvent le grand père aussi. Mais le premier mois de la vie de l'enfant ne se déroule pas dans cette maison. La nouvelle mère et son nourisson vont demeurer dans sa maison familiale. Même un peu plus que cela. Si les deux maisons ne sont pas situées dans les mêmes villages ou villes la nouvelle mère devra aller passer un mois au moins avant l'accouchement chez sa mère. Elle accouchera dans un hôpital du milieu et restera chez sa mère pendant plus d'un mois après la naissance.

Dans le cas de Katsue, elle se rendra chez ses parents dès sa sortie de l'hôpital à Higashi Shirakawa. Cela lui permettra de recevoir une aide importante pour démarer sa nouvelle vie. Martin y passera probablement plusieurs jours mais je ne crois pas qu'il y restera bien longtemps.

Même dans le cas où il y a une grad mère paternelle à la maison, le nourisson ira commencer sa vie chèz ses grands parents maternels. Il semble que cela soit la responsabilité de la famille de la nouvelle mère de prendre en charge le début de la vie du nourisson. Cependant, lorsque cette étape sera franchie, les séjours à ce point de départ ne seront pas fréquent.

La mère est disponible à 100% pour son enfant. Bien souvent elle le portera sur son dos toute la journée et dormira avec son bébé le soir venu. Ici, on ne prépare pas de chambre pour les nouveaux nés. Les jeunes enfants partagent la même pièce pour dormir. Le soir venu, la mère sort les futons de l'armoire (un pour chaque personne de la famille) et les aligne sur le plancher de tatamis, un à côté de l'autre. Les nourissons resteront dans le même espace que leur mère pendant un assez bon bout de temps.

Vous allez peut-être me demander jusqu'à quand un enfant couche dans la même pièce que ses parents. La réponse n'existe pas. Selon les familles ou selon les circonstances cela varie beaucoup. Il semble cependant qu'à l'adolescence l'enfant ne dort plus dans la même pièce.

Il n'est pas question non plus pour la mère de travailler après la naissance de son enfant. Son rôle dans la famille est de s'occuper de la maison et des enfants. Si elle veut aller travailler elle le pourra en autant que cela sera possible. Si, comme dans bien des cas, il y a une grand mère à la maison la mère pourra prendre un emploi à temps partiel lorsque son plus jeune commencera la pré-maternelle. Le repas du midi pourra alors être préparé par la grand mère.

Les premières années de la vie d'un enfant se passent exclusivement en milieu clos, celui de la famille immédiate. Pendant trois ans l'enfant ne rencontrera à peu près personne d'autres. Les gens ne se visitent pas dans les maison, ils utilisent les endroits publics tels les restaurants. L'exception: une jeune mère rencontrera d'autres jeunes mères de son âge et elles se visiteront dans leurs maisons (dans le même quartier).

L'enfant ne rencontre pas très souvent son père non plus. Il le voit le soir s'il ne rentre pas du travail trop tard et le matin s'il ne part pas pour travailler trop tôt. Il va sans dire que l'enfant ne rencontre que très rarement d'autres hommes (à l'exception de son grand père). Vous pouvez donc vous imaginer les réactions que je provoque lorsque je tente de faire de petites salutations aux jeunes enfants dans les épiceries, ils pleurent presque tous......

Ce portrait ne s'appliquera pas trop à Rei. Martin sera à la maison plus souvent que la moyenne des pères de familles Japonais. De plus, il aidera Katsue dans les tâches ménagères, ce qui est nouveau pour un père de famille, ici.


Point de départ

Page des Messages


Français                                                                                                                       

Photo Album

Rei is born

What do you want me to write on this page ????

I do have a choice. How about 200 lines on my Grand Son's smiles, giggles, cries.............. Or maybe a short essay on the interesting subject: Being a Grand Father, for the fisrt time........

I truly do not have any idea on what I can write about. The only thing I can tell you is that I am confused (turning a page and seing your own son becoming a father) that gives me the creeps.

Lets do it this way. You want to see a couple of pictures, clic here for the photo album. Or stay with me and I will try to entertain you on some aspects of Japanese life (related to children of course).

A child in the Japanese family

Everybody know that Japan is a very modern country. But it is also a very traditional one. Specialy in the rural areas. And we live in the country side.

As I look through the window to my neighbour's house (a good 5 meters away) I realsise that in most of these neighbourg's houses families reache 3 to 4 generations. Everyone lives under the same roof.

A couple of months ago I visited a lady's house in this town. She lives in a beautiful traditional home. It is almost the 40th house on the same land. They have been there for hundred years.

The family is the basic value in Japan. On the same land, in the same house children comes, are raised and the olders die. It is almost a sanctuary, sacred.

It is than essantial taht families live. These units must continue to exist. A family has one main goal: it is to create new generations.

The oldest son

An oldest son in Japan is called "oni san". As soon as there is another child in the family the oldest son is called "oni san". the other members do not use anymore their name. Every family need an oldest son. Lets look at these neighbourg. The "Imori" have three children: an oldest daughter, a second child and finaly the oldest son. The "Yoshimura: 2 children begining with a daughter and a son. Another family: one girl, a second girl, a third girl and finaly a son. A son in a family garanty the blood line.

In every one of these houses there is a small altar. On it are a few photos of the latest dead parents, some candles and some food which is changed every day. This is the place to stop regularly and pray a few seconds claping the hands and having a good thought for the ones who gave us life. These prayers and small ceremonies have to be done for 50 years. This way the deads have a good rest. Not having children cannot garanty you this caring........

Child's Name

Choosing a name is never easy. As we know we can access some "lists" of available names in formal books or even from what we know or hear. Names can also come from older books as the Bible or from other languages. So it is a real puzzle.

Over here it is also difficult but not exactly in the same way. Parents try to find a name with meaning (most of the time) or if they want to avoid the trouble they find a name for the sound of it. For a girl many time we have the sound "mi" in the name (Mayumi, Satomi....). This sound comes from a kanji (Chinese character) meanings "beautiful".

So parents build, create their child's name almost from scratch. Not everyone go through the same process.. But the traditional process is to give a unique name to the new born.

Some people will simply choose an existing name, specialy for girls, or simply use names writen in the phonetic alphabets. As an example, Misaki, who works with me writes her name in "hiragana". What happened is that when she was expected, her parents hoped it would be a boy so they choose some kanji caracters with the sound of Misaki. But the baby was a girl and they were not ready for it. They kept the same name but without its kanjis so without the planned meaning for a boy......

Names are not males or females as such. Many are but often names can be for a boy or a girl depending on the kanji's meanings.

But it is even more elaborate. Did you know that every kanji has more than one sound? It's usually two or three phonems for each of these chinese characters. The very simple kanji representing the word mountain can be pronounced "yama" or "san" which can also be pronounced "zan" if included in a word.

So if you are reading a name you are never sure of it's pronounciation. Or if someone ask you what is the kanji for a sound like "ka" the dictionnary will present you with 27 different kanjis (and that's my computer's dictionnary which is not very elaborate).

So apply this to a person's name..... And add a little challenge: old pronounciations are praised! That means: some person's name require subtitles if you want to know how to read them.

But you also have to take care of the stroke numbers. There is a strong belief that names (in kanji) have to be writen according to certain number criterias. Martin experienced a few frustrations. When they were looking for the new baby's name they had to count the number of strokes in the family name and in the proposed name. Many times they had to stop their choice even if the meaning or the pronounciation was interesting. There was bad luck attached to the number of strokes required in writing them (using a special numeralogy reference....).

Is it enough.....

And then Martin and Katsue had one more problem. The choosen name had to be pronounced in Japanese, English and French.....

So what's there choice?

Rei

And the meaning: some of the highest part of a mountain. Do not ask me for a translation I truly tried but couldn't. It is not the summit, neither a ridge.... This kanji is used in some word related to this high part of a mountain and sometimes has other pronounciation. Also I have to tell you it is not a daily used kanji.

THE DAILY LIFE

Let's just remember that families live together in a house in Japan (3 to 4 generations). That's plenty of people together and space is not so tight (country side). If the house is a bit small they will build a small section for the oldest with their private bedroom and small living room.

Many people there and much help, the grand parents are always at hand. But for the beginning the new born is not in is family house. At their 8th month, pregnant women will go and live in their parent's house. It is the duty of the woman's family to help at first. The birth will also happens in the woman's village or town's hospital.

The new born and his/her mother will stay in that house for the following month. Katsue will do the same. After the hospital she will spend a whole month at her parent's house. Martin will join her some time but not on a full schedule. It is not the man's duty to care for the children....

Being a mother is a full time job. Mother and child are together 24 hres a day. There will not be a baby's room in the house. Even if the place is available. Children share the same space than their parents at night. Depending of the families children can sleep in the same room until their teens.

Work outside the home is also out of question. Specially in the beginning of a family the mother will always stay home. She can start a part time job when her youngest goes to pre-school or kindergarden. But she still has to be there for the meals and do most of the house chore. If the grand mother is living at home she will probably help prepare lunch and let the mother work a bit so she can save some money for the children's education.

If the mother stays home so do the children. They truly live in an enclosed world, barely meeting other people except for the neighbour's other mothers. Also they rarely meet other men than their grand father and father (if he comes home early enough to spend some time their). So imagine infant's reactions in stores when I try to get closer........

But for Martin Rei and Katsue the situation is a bit different. Martin will spend much more time at home than the average working man. He will also help Katsue in the various house works.


Home
News Letters Main Page